Triage forestier de Sierre et de la Noble-Contrée

Bourgeoisie de Mollens

Triage forestier de Sierre et de la Noble-Contrée

En Valais, les forêts ont une fonction de protection primordiale: pas moins de 87% de leur surface assument d’une façon ou d’une autre ce rôle protecteur. Les forêts stabilisent le terrain, freinent les éboulis et chutes de roches et atténuent l’effet des intempéries en stockant une partie de l’eau de pluie. En outre, elles sont un important puits de carbone naturel.

Le triage forestier, depuis plus de trente ans

Comme la plupart des bourgeoisies propriétaire de forêts, la Bourgeoisie de Mollens a réfléchi au meilleur moyen d’entretenir et d’exploiter la forêt de manière à ce qu’elle assure son rôle de protecteur et de garant de la biodiversité. Dès 1982, la Bourgeoisie s’est donc associée aux Bourgeoisies de Sierre, Veyras, Miège, Venthône et Randogne pour fonder le triage forestier de Sierre et de la Noble-Contrée.

Génie forestier

Aujourd’hui, une équipe constituée d’une quinzaine de spécialistes recourt à un parc de machines sophistiqué pour une saine exploitation de la forêt. Entreprenant également des travaux de génie forestier, le TSNC construit des paravalanches, des modérateurs de courant pour les torrents de montagne ou des stabilisations de talus sur base de bois. En plus des activités directement liées à la forêt, ses spécialistes effectuent aussi des travaux pour des tiers comme la taille d’arbres ou l’élagage. Au centre forestier de l’Île Falcon, le Triage forestier de Sierre et de la Noble-Contrée propose à la vente du bois de chauffage ainsi que des bois de sciage comme des planches, poutres et carrelets en toutes dimensions.

Plus d’infos sur la Bourgeoisie de Mollens

Techno-Pôle – les TIC à Sierre depuis 25 ans

Bourgeoisie de Sierre

Techno-Pôle – les TIC à Sierre depuis 25 ans

Pari gagné pour Sierre: il y a 25 ans, un partenariat privé-public a créé le premier pôle suisse dédié aux technologies de l’information et de la communication (TIC). Techno-Pôle regroupe aujourd’hui 60 start-up, entreprises et instituts de recherche, sur un site pionnier où travaillent pas moins de 450 personnes.

À l’origine de ce site technologique leader, des initiateurs privés et des collectivités publiques, parmi lesquelles Sierre-Région, la Ville de Sierre et la Bourgeoisie de Sierre se sont réunis pour créer ce projet unique en Suisse. La Bourgeoisie de Sierre a mis à disposition sous forme de DSDP les terrains nécessaires à des conditions exceptionnelles ce qui a vraisemblablement permis cette belle évolution.

Recherche et pépinière d’entreprise

Des instituts de recherche en informatique, en économie et tourisme et l’école d’informatique de Sierre (aujourd’hui intégrée à la HES-SO Valais) sont venus étoffer les compétences de Techno-Pôle. Outre l’Institut Icare, actif dans le développement de logiciels, et l’Institut en informatique de gestion de la HES-SO Valais, on y trouve aussi l’Institut Entrepreneurship & Management IEM de la HES-SO Valais, réputé pour le développement d’outils de management novateurs, et l’Institut de Tourisme ITO qui élabore des solutions axées sur le tourisme alpin et mises à disposition du tissu touristique local.

Techno-Pôle héberge également de nombreuses entreprises – parmi lesquelles Canal 9 – qui bénéficient de locaux modulaires parfaitement équipés et profitent d’intéressantes synergies avec les instituts de recherche et les autres entreprises présentes sur le campus. La pépinière d’entreprises de TechnoArk offre un encadrement et un coaching professionnels aux start-up désireuses de s’installer à Techno-Pôle: toutes les conditions sont réunies pour aider les jeunes entreprises à concrétiser leurs idées innovantes.

Plus d’infos sur la Bourgeoisie de Sierre

Rénovation et gestion d’appartements

Bourgeoisie de Riddes

Rénovation et gestion d’appartements

En plus des alpages pâturés de Chassoures et d’Établons, d’un restaurant d’altitude et de terrains agricoles, la Bourgeoisie de Riddes possède et gère divers biens immobiliers. Ainsi, depuis 2012, elle gère les immeubles Midi et 14 Heures en plein centre du village de Riddes qu’elle a fait rénover récemment.

Midi et 14 Heures

Le complexe Midi – 14 Heures se situe au cœur de Riddes. Entièrement rénové, les deux bâtisses comprennent onze logements destinés à la location, un kiosque ainsi que le restaurant «Le Bourgeois». Côté énergie, cette infrastructure appartenant à la Bourgeoisie a le vent en poupe: une chaudière centralisée d’une capacité de 450 kW mise en service en novembre 2013 est au cœur d’un réseau de chauffage à distance. Brûlant essentiellement du bois, mais aussi un faible apport de mazout, la chaudière fournit de l’eau de chauffage à plusieurs bâtiments du centre, et notamment la Maison de Commune, les deux bâtiments Midi et 14 Heures de la Bourgeoisie, le centre scolaire, le centre sportif de Combremont et pour terminer le dépôt des travaux publics.

Municipalités et bourgeoisies main dans la main

Installation construite grâce à la coopération entre la Municipalité et la Bourgeoisie de Riddes, c’est cette dernière qui en assure l’exploitation. D’une manière générale, les municipalités et les bourgeoisies coopèrent pour le bien commun, à l’exemple de Riddes, chacune selon son cahier des charges et ses possibilités.

Plus d’infos sur la Bourgeoisie de Riddes

Autres projets de la Bourgeoisie de Riddes

Chalet Neuf

Bourgeoisie de Collombey-Muraz

Chalet Neuf

Situé à 1692 m, l’alpage de Chalet Neuf et son restaurant montagnard appartiennent tous deux à la Bourgeoisie de Collombey-Muraz. Accessible en toutes saisons, c’est un restaurant d’altitude typique qui accueille randonneurs, skieurs et vététistes pour un bon repas au coin du feu ou même pour y passer la nuit.

Un lieu accueillant en hiver…

En hiver, c’est à skis qu’on accède au Chalet Neuf depuis Torgon ou Morgins. Le gîte constitue une halte bienvenue au cœur des pistes pour boire un thé chaud ou prendre un repas revigorant, avant de se lancer dans la prochaine descente. Le dortoir est la solution idéale pour tous ceux qui, après une journée de glisse, souhaitent rester en montagne plutôt que de devoir reprendre la télécabine ou le télésiège. Et retrouver les plaisirs de la neige le lendemain après un déjeuner copieux!

… comme en été

Mais le restaurant de montagne de Chalet Neuf est tout aussi bien placé en été: sur le parcours VTT Portes du Soleil, il accueille vététistes et randonneurs pour une pause tonifiante et propose des spécialités de la région: charcuteries, croûtes, fondues, berthouds, sans oublier la fameuse tarte salée. Et avez-vous déjà goûté à la soupe aux cailloux? Vous nous en direz des nouvelles!

Possédant encore d’autres alpages et terrains, la Bourgeoisie de Collombey-Muraz les met à disposition des agriculteurs de la commune et des environs, perpétuant ainsi une tradition agricole séculaire.

Autres projets de la Bourgeoisie de Collombey-Muraz

Vignolage et vin de la Bourgeoisie

Bourgeoisie de Saint-Luc

Vignolage et vin de la Bourgeoisie

Comme toutes les communes anniviardes, la Bourgeoise de Saint-Luc possède des vignes en plaine, près de Sierre. Et chaque année, la communauté bourgeoisiale se réunit pour les travaux printaniers à la vigne. C’est la corvée, une journée de travail par an que chaque bourgeois doit à la communauté. Et l’une de ces journées est précisément le vignolage.

Vignolage…

Au petit matin, fifres et tambours parcourent le village pour appeler les bourgeois à la corvée: la vigne demande à être taillée, le sol à être pioché. D’aucuns empoignent leur sécateur, d’autres leur triandine, la pioche à trois dents, et se joignent au défilé. Deux équipes se forment, l’une retourne la terre et y ajoute de l’engrais, c’est le travail des jeunes, plus vigoureux. L’autre s’occupe de la taille, tâche confiée aux anciens, plus expérimentés. La taille est essentielle, c’est d’elle que dépendent non seulement la récolte de l’année, mais aussi le développement du cep pour les années à venir.

… et vin de la Bourgeoisie

Ensemble, les deux équipes passent patiemment d’un cep à l’autre, piochant et taillant, toujours au son des tambours et des fifres qui les encouragent. Pour se désaltérer, on sert de l’eau, mais bien sûr aussi du vin de la Bourgeoisie. Le labeur avance bien, la journée passe vite, rythmée par le travail, les discussions – parfois animées – et les rires. Journée de corvée, certes, mais aussi journée de rencontres entre bourgeois de tous âges, réunis pour entretenir les cultures de la communauté et les liens sociaux et amicaux au sein de la Bourgeoisie. Si les discussions débordent parfois – chacun à son avis sur la politique au village – la journée se termine par un repas en commun.

Sur les archives vidéo de la RTS, on peut voir une superbe séquence montrant la corvée du vignolage à Saint-Luc en 1959. Une tradition ancestrale encore bien vivante à Saint-Luc, comme ailleurs en Valais.

Plus d’infos sur la Bourgeoisie de Saint-Luc

Autres projets de la Bourgeoisie de Saint-Luc

Les moulins de Saint-Luc

Bourgeoisie de Saint-Luc

Les moulins de Saint-Luc

À une époque où les transports – de personnes comme de marchandises – étaient moins aisés qu’aujourd’hui, chaque communauté devait mettre à la disposition de ses membres les outils indispensables à la vie et ainsi assurer autant que possible leur autarcie. Le moulin qui moud le grain pour obtenir la farine est une de ces installations jadis vitales, aujourd’hui reléguées au titre de souvenir et de témoin du passé.

Des moulins prêts à fonctionner

Un cours d’eau alimenté en toute saison, un débit optimal, ni trop faible ni trop fort, de préférence constant, un site approprié – le lieu où sera érigé le moulin est tout choisi. La roue horizontale étant spécialement adaptée aux terrains en forte pente, elle était par conséquent très répandue dans les régions de montagne, et notamment en Valais. Les moulins de Saint-Luc appartiennent à la Bourgeoisie. Ils ont été construits au XVIIIe siècle et ont bénéficié d’une rénovation complète en 1986.

Les installations comprennent un moulin à maïs, un foulon à orge et presse-noix, deux moulins à seigle et à froment, un foulon à drap et finalement la maison du meunier. Elles ont la particularité d’être en parfait état de marche.

Plus d’infos sur la Bourgeoisie de Saint-Luc

Autres projets de la Bourgeoisie de Saint-Luc

Téléverbier et le domaine skiable de La Tzoumaz

Bourgeoisie de Riddes

Téléverbier et le domaine skiable de La Tzoumaz

Pour Riddes, le ski a une importance non négligeable puisque près de 90% de La Tzoumaz – le domaine de ski situé sur les hauteurs de Riddes – appartiennent à la Bourgeoisie. Celle-ci travaille d’ailleurs en étroite collaboration avec Téléverbier, la société qui exploite le domaine skiable Verbier 4 Vallées.

Plus de 55 km de pistes

Le domaine skiable de La Tzoumaz – anciennement nommé les Mayens-de-Riddes – fait partie du domaine skiable des 4 Vallées qui compte pas moins de 410 km de pistes et 92 remontées mécaniques. Le secteur de La Tzoumaz est accessible depuis La Tzoumaz ou depuis Verbier. Il compte 55 km de pistes pour pratiquer le ski, le snowboard et même la luge. Au delà de la limite de la forêt se trouve une portion permettant le freeride sur des pistes particulièrement pentues.

Luge au clair de lune

Le domaine surplombant Riddes possède une des plus longues pistes de luge d’Europe. Au départ de Savoleyres, à 2354 m d’altitude, les lugeurs s’élancent sur la piste de 10 km et au dénivelé de 848 m pour rejoindre le village de La Tzoumaz. Trois fois par année, les samedis les plus proches de la pleine lune des mois de janvier, février et mars, une soirée luge au clair de lune est organisée, avec repas en altitude à la clé. Où quand les délices de la gastronomie enrichissent l’aventure sportive!

Chez Simon, à La Tzoumaz

La Bourgeoisie de Riddes possède aussi un restaurant d’altitude au cœur des pâturages de La Tzoumaz. Situé à 2076 m, l’auberge et restaurant «Chez Simon» est atteignable en hiver par les remontées mécaniques ou simplement en raquettes ou en skis de randonnée. En été, on y accède à pied ou par la route du col de la Croix-de-Cœur. Cuisinant des plats traditionnels en fonction de la saison, «Chez Simon» produit même ses propres légumes servis en salades ou en potages. En saison, il reste ouvert jusqu’à 21 h pour accueillir les adeptes de la peau de phoque.

Plus d’infos sur la Bourgeoisie de Riddes

Autres projets de la Bourgeoisie de Riddes

Chauffage à distance

Bourgeoisie de Montana

Chauffage à distance

Avec ses partenaires bourgeoisiaux et municipaux, la Bourgeoisie de Montana se préoccupe du bon usage de l’énergie produite et utilisée sur son territoire. Soucieux des enjeux environnementaux et économiques, et dans le but d’atteindre l’autarcie énergétique des communes, les partenaires ont créé la société Crans-Montana Énergies SA pour mettre en place un réseau de chauffage à distance.

Production d’énergies

Sur le Haut Plateau, Crans-Montana Énergies SA produit de l’énergie thermique et électrique qui est distribuée aux partenaires connectés. La société génère d’une part de la chaleur pour le chauffage à distance et d’autre part de l’électricité, les deux énergies étant obtenues grâce aux ressources naturelles existantes, à savoir le soleil et la forêt. Ce sont donc des ressources indigènes et renouvelables qui sont mises à profit pour l’approvisionnement en énergie: un pas de plus en direction de l’autarcie énergétique.

Le chauffage à distance, comment ça marche?

Le réseau compte deux types de partenaires: les producteurs de chaleur d’une part, et les consommateurs de chaleur d’autre part. Un réseau de tuyaux relie les producteurs aux consommateurs et ces derniers reçoivent de l’eau chaude sanitaire et de chauffage. Bien sûr, c’est là une description sommaire qui ne prend pas en compte les nombreux défis technologiques que ce genre de système doit relever. Les consommateurs – tant pour la chaleur que pour l’électricité – peuvent être des bâtiments publics et des entreprises comme des immeubles locatifs ou des villas. Côté production, on retrouve des partenaires qui produisent un surplus de chaleur, par exemple la patinoire Ycoor, ou des installations construites spécifiquement pour ce projet, comme la chaufferie centralisée fonctionnant au bois. Les toits de nombreux bâtiments se prêtent à l’installation de panneaux solaires thermiques ou photovoltaïques qui contribuent donc eux aussi à la production d’eau chaude et d’électricité.

Nombreux avantages

La mutualisation des énergies permet une importante réduction des coûts: la chaleur excédentaire des uns est distribuée selon les besoins en chauffage des autres. Les ressources utilisées sont renouvelables et locales. Et en ce qui concerne le bois consommé dans la chaufferie centralisée, il a l’avantage de soutenir les professions du bois et de la forêt du Haut Plateau.

Plus d’infos sur la Bourgeoisie de Montana

Chalet de l’Au

Bourgeoisie de Mex

Chalet de l’Au

La Bourgeoisie de Mex possède nombre de terrains agricoles, dont plusieurs en altitude: ainsi l’alpage de l’Au avec son chalet entièrement rénové en 2014 et inauguré à la mi-été 2015. Les bourgeoisies s’engagent pour l’ensemble de la population, notamment en sauvegardant le patrimoine régional. Le patrimoine bâti certes, mais aussi le patrimoine agricole et le patrimoine forestier.

Mayens et pâtures

Les alpages des Planets, de l’Au, de Langemo, de la Giette et du Foillet sont autant de pâturages qui appartiennent depuis des temps immémoriaux à la Bourgeoisie de Mex. Elle les entretient et les préserve, empêchant que ces terrains partent à l’abandon. Pour nos ancêtres, les pâturages et les mayens, les terrains agricoles et les forêts étaient essentiels pour la subsistance de la communauté et représentaient un pilier de l’économie régionale.

Rénovation du chalet e l’Au

Les alpages de Mex ont la particularité d’être encore exploités aujourd’hui. Ainsi une laiterie occupe les Planets où, durant l’été, un agriculteur transforme le lait des vaches de l’alpage en fromage et en sérac selon un procédé artisanal. La laiterie de l’Au a longtemps été utilisée par un berger qui pâture un troupeau de plusieurs centaines de moutons. En 2014, le chalet voisin – en ruine – a fait l’objet d’une rénovation complète et sert désormais de logement au berger, libérant du même coup l’ancienne laiterie de l’Au pour le tourisme pédestre: transformée en gîte, elle dispose d’un dortoir accueillant une douzaine de personnes. Les bâtiments des autres alpages sont eux aussi maintenus en bon état et servent périodiquement durant la belle saison, en fonction de la transhumance du troupeau.

En préservant forêts, bâtisses historiques, terrains agricoles et alpages, les bourgeoisies assurent les fondements mêmes de notre société. On ne parle que peu des bourgeoisies, de ce qu’elles font, et pourtant leur travail porte des fruits dont nous profitons tous – bien souvent sans nous en rendre compte.

Plus d’infos sur la Bourgeoisie de Mex

On monte tous à Charavex!

Bourgeoisie de Martigny

On monte tous à Charavex!

L’alpage de Charavex, par le passé lieu d’exploitation forestière et pastorale, appartient à la Bourgeoisie de Martigny depuis les années soixante. Chaque année, à la mi-été, il accueille les bourgeois de Martigny pour leur traditionnelle rencontre autour d’une soupe aux pois.

Peuplé dès le XIVe siècle

La première mention écrite de Charavex date de 1324, mais il est certain que le mayen était alors habité depuis longtemps. Situé à 1445 m d’altitude, au-dessus de Martigny mais orienté côté Salvan, le mayen bénéficie d’un climat doux et de pas moins de cinq sources permettant d’irriguer les cultures et d’abreuver le bétail. Un détail important quand on sait que les autres alpages de la région ont régulièrement souffert du manque d’eau. Champs, cultures et bétail couvrent alors le mayen de Charavex.

La chapelle Notre-Dame-des-Neiges

En 1767, une chapelle de dimension modeste a été construite sur le mayen par la famille Ganioz, alors propriétaire de Charavex. L’intérieur de la chapelle est sobre et conserve un charme certain. Entièrement rénovée de 1994 à 1996, elle a retrouvé ses parois blanchies à la chaux, ses élégantes voûtes aux motifs végétaux et son tableau ornant le chœur et représentant un berger implorant la Vierge. Les murs en pierre sont couverts de crépi et le toit de dalles. Entourée de mélèzes séculaires, la chapelle Notre-Dame-des-Neiges contribue au charme tout de quiétude de l’alpage de Charavex.

Exploitation forestière et pastorale

Au fil des ans, le mayen de Charavex passe d’une famille octodurienne à l’autre. Au XXe siècle, son exploitation change plusieurs fois d’orientation. La localisation du mayen rend l’exploitation du bois difficile: descendre les billons en plaine n’est pas chose aisée. On construit donc un téléphérique et une voie Decauville. Ils seront abandonnés vers 1970, mais leurs vestiges sont encore visibles. Finalement la Bourgeoisie de Martigny acquiert l’alpage début des années 1960 et prévoit de le transformer en forêts. L’exploitation forestière était alors rentable et ce sont très exactement 105 735 arbres qui seront plantés jusqu’en 1967.

Renaissance de Charavex

Les temps changent: comme l’exploitation forestière se révèle déficitaire, il est décidé de réhabiliter l’alpage. Des coupes de bois sont effectuées à partir de 1994 et une convention est passée avec deux organisations de protection du patrimoine. Si cette convention rend possible la réhabilitation du mayen, elle impose toutefois des conditions strictes pour maintenir la diversité écologique et agricole du site, et notamment l’interdiction de toute nouvelle construction, que ce soit des bâtisses, des routes ou des conduites électriques. Finalement, ces mesures ont profité au lieu, ainsi qu’aux bourgeois et promeneurs qui s’y rendent: Charavex est aujourd’hui un pâturage boisé comptant deux chalets et une chapelle situé au cœur de la réserve forestière de l’Arpille-Vallée du Trient. À une demi-heure de marche de «Chez-les-Pillet», à Ravoire, le site bénéficie d’un cadre splendide et d’une tranquillité parfaite.

L’historien Roland Farquet vient de publier une plaquette retraçant l’histoire de l’alpage de Charavex dans le cadre de la collection «Les bulletins de Patrimoines de Martigny.»

Plus d’infos sur la Bourgeoisie de Martigny

Autres projets de la Bourgeoisie de Martigny