Dégustation de chèvre frais

Bourgeoisie de Port-Valais

Dégustation de chèvre frais

Tant l’agriculture de plaine que l’agriculture de montagne restent importantes en Valais. Propriétaires terriens par tradition, les bourgeoisies mettent des terres à la disposition des agriculteurs locaux, que ce soit pour les cultures ou pour l’élevage. Certaines bourgeoisies possèdent même leurs propres domaines ou vergers, dont la culture est généralement confiée à des agriculteurs.

Alpage de Chalavornaire

L’alpage de Chalavornaire appartient à la Bourgeoisie de Port-Valais et chaque année les bourgeois se réunissent pour deux demi-journées de nettoyage de l’alpage, une au printemps et une en automne. Si l’ouvrage pour entretenir le patrimoine bourgeoisial exige de chaque bourgeois de se retrousser les manches et de s’investir activement pour débroussailler, élaguer ou tronçonner, l’ambiance est chaleureuse et conviviale et le travail investi est récompensé par un copieux repas de midi.

Tourisme doux et débats philosophiques

La route pour l’alpage de Chalavornaire a récemment été rénovée et un nouveau captage a été effectué pour la source de la Platraire. Le conseil étudie actuellement plusieurs options pour valoriser le patrimoine de la Bourgeoisie, et notamment l’alpage. Les idées vont de l’agrotourisme, en mettant l’accent sur le tourisme doux, à des rencontres philosophiques en altitude. Car chacun sait que quand on a marché en montagne, on est plus intelligent!

Dégustation de chèvre frais

Durant la belle saison, les randonneurs auront plaisir à croiser chèvres et moutons qui paissent en altitude. Et leur plaisir sera encore plus grand lors d’une pause agrémentée d’une dégustation de fromage de chèvre et d’autres produits du terroir à l’alpage de Chalavornaire.

Plus d’infos sur la Bourgeoisie de Port-Valais

Techno-Pôle – les TIC à Sierre depuis 25 ans

Bourgeoisie de Sierre

Techno-Pôle – les TIC à Sierre depuis 25 ans

Pari gagné pour Sierre: il y a 25 ans, un partenariat privé-public a créé le premier pôle suisse dédié aux technologies de l’information et de la communication (TIC). Techno-Pôle regroupe aujourd’hui 60 start-up, entreprises et instituts de recherche, sur un site pionnier où travaillent pas moins de 450 personnes.

À l’origine de ce site technologique leader, des initiateurs privés et des collectivités publiques, parmi lesquelles Sierre-Région, la Ville de Sierre et la Bourgeoisie de Sierre se sont réunis pour créer ce projet unique en Suisse. La Bourgeoisie de Sierre a mis à disposition sous forme de DSDP les terrains nécessaires à des conditions exceptionnelles ce qui a vraisemblablement permis cette belle évolution.

Recherche et pépinière d’entreprise

Des instituts de recherche en informatique, en économie et tourisme et l’école d’informatique de Sierre (aujourd’hui intégrée à la HES-SO Valais) sont venus étoffer les compétences de Techno-Pôle. Outre l’Institut Icare, actif dans le développement de logiciels, et l’Institut en informatique de gestion de la HES-SO Valais, on y trouve aussi l’Institut Entrepreneurship & Management IEM de la HES-SO Valais, réputé pour le développement d’outils de management novateurs, et l’Institut de Tourisme ITO qui élabore des solutions axées sur le tourisme alpin et mises à disposition du tissu touristique local.

Techno-Pôle héberge également de nombreuses entreprises – parmi lesquelles Canal 9 – qui bénéficient de locaux modulaires parfaitement équipés et profitent d’intéressantes synergies avec les instituts de recherche et les autres entreprises présentes sur le campus. La pépinière d’entreprises de TechnoArk offre un encadrement et un coaching professionnels aux start-up désireuses de s’installer à Techno-Pôle: toutes les conditions sont réunies pour aider les jeunes entreprises à concrétiser leurs idées innovantes.

Plus d’infos sur la Bourgeoisie de Sierre

Bienvenue au Domaine des Îles

Bourgeoisie de Sion

Bienvenue au Domaine des Îles

À quelques minutes seulement du centre-ville, la Bourgeoisie de Sion a créé un vaste site de détente et de loisirs: le Domaine des Îles.

Sur plus de 50 hectares de terres gagnées entre les bras du Rhône, cette vaste zone de détente comprend deux lacs aux eaux turquoise, des chemins de randonnée, un camping, un restaurant, une place de jeux pour les enfants et des places de pique-nique.

L’offre sportive est tout aussi riche et outre le centre sportif, où s’adonner au tennis, au squash et au badminton, les Îles disposent d’un mur de grimpe, d’un mini-golf, de terrains de beach-volley, d’un parc aventure et même d’une piste de ski de fond durant la saison hivernale.

Mis à la disposition de toute la population de la région et des hôtes de passage, le Domaine des Îles appartient à la Bourgeoisie de Sion. On s’y rend pour faire du sport, pour se balader, pour se retrouver entre amis ou simplement pour profiter de la quiétude et de la beauté de l’endroit.

La musique est également de la partie puisque les Îles accueillent chaque année le festival Electrozîles et le Guiness Irish Festival. Facilement accessibles en voiture, à vélo ou à pied, les Îles disposent en outre d’un vaste parking gratuit.

Plus d’infos sur la Bourgeoisie de Sion

Par-delà la frontière

Bourgeoisie de Saint-Gingolph

Par-delà la frontière

Si toutes les bourgeoisies valaisannes ont vu le jour dans des conditions semblables, la Bourgeoisie de Saint-Gingolph a une caractéristique qui la différencie de toutes les autres.

D’abord, il n’y a pas qu’une Bourgeoisie à Saint-Gingolph, mais deux, qui en fait n’en forment qu’une. En effet, la localité est située sur la frontière franco-suisse et se partage donc en une commune suisse et une commune française portant toutes deux le nom Saint-Gingolph. Les aléas historiques qui ont créé cette commune sur deux pays ont aussi entraîné un dédoublement de la Bourgeoisie: si nous avons bien une Bourgeoisie de Saint-Gingolph, elle est constituée d’un conseil bourgeoisial français arborant le blason bleu et d’un conseil bourgeoisial suisse avec le même blason en rouge, qui administrent conjointement les biens bourgeoisiaux.

Une bourgeoisie internationale

Cette particularité fait de la Bourgeoisie de Saint-Gingolph la seule et unique bourgeoisie de France! Et comme l’église de la commune est située côté français, se trouve s, commiune française de France. Et comme l’église de la commune est située côté français, Saint-Gingolph est la seule localité valaisanne à ne pas faire partie du diocèse de Sion, mais de celui d’Annecy, et par conséquent la seule localité suisse à dépendre d’un diocèse étranger. Une bourgeoisie véritablement internationale!

Musée des Traditions et des Barques du Léman

Situé dans le château du XVIe siècle, au cœur de la partie historique de Saint-Gingolph, le musée présente les cochères et barques du Léman, les fameuses barques à voile utilisées jadis pour le transport par voie lacustre. Le musée donne également une idée de la vie de la communauté villageoise à cette époque.

Par le passé, on recourait aux barques du Léman – des barques de charge pourvues de grandes voiles latines typiques de la région – pour le transport des marchandises. D’ailleurs le plus grand chantier de construction de barques du Léman se trouvait précisément à Saint-Gingolph. Le musée retrace la construction et l’utilisation des différentes embarcations à voile qui naviguaient sur le lac tout en évoquant les activités du village et en montrant à quoi ressemblait la vie quotidienne à l’époque des barques.

Le bois chauffe à distance

Noble Bourgeoisie de Saint-Maurice

Le bois chauffe à distance

2500 MWh – soit l’équivalent de 250 000 litres de mazout – voilà l’énergie fournie chaque année par Calorabois, l’entreprise que la Noble Bourgeoisie de Saint-Maurice a fondée en partenariat avec la municipalité.

Le bois fendu à la main puis brûlé dans une cheminée – tout sauf rentable du point de vue de la déperdition énergétique – fait place à des moyens modernes: les dernières technologies sont aujourd’hui mises en œuvre pour entretenir les forêts et prélever le bois, qui est transformé en plaquettes avant d’être consommé en fonction de la demande. La combustion a lieu dans la chaudière centralisée de Calorabois équipée d’un filtre électrostatique pour réduire les rejets de poussières fines. La chaleur ainsi obtenue est distribuée dans un rayon de 200 mètres via un réseau de chauffage à distance. Les bâtiments locatifs et publics situés dans ce périmètre bénéficient ainsi d’un chauffage sans perte d’énergie.

Comme la majorité des bourgeoisies valaisannes, Saint-Maurice possède des forêts, une remarquable source d’énergie et de matières premières renouvelables. Il semblait donc évident de mettre à profit cette énergie localement. Aujourd’hui, la centrale de chauffage à distance à bois Calorabois compte parmi les plus puissantes en Valais.

Plus d’infos sur la Bourgeoisie de Saint-Maurice

Autres projets de la Noble Bourgeoisie de Saint-Maurice

Oratoire de la grotte de Fatima

Bourgeoisie de Vernamiège

Oratoire de la grotte de Fatima

L’oratoire Notre Dame de Fatima a été érigé en 1987 à l’initiative de deux hommes d’église natifs du village de Vernamiège, aujourd’hui intégré à la nouvelle commune de Mont-Noble. Il compte parmi le riche patrimoine religieux des vallées valaisannes.

Situé au lieu-dit «La Pierre de la Doucette», l’oratoire est lové contre un rocher dans un site accueillant et plaisant. Dédié à Notre Dame de Fatima, il abrite une statue de la Vierge provenant de Fatima. Depuis le village, un chemin de croix suit la route forestière et inspire à une promenade de recueillement en pleine nature jusqu’à l’arrivée à l’oratoire. Le Cardinal Schwery y célébrait une messe annuelle jusqu’à peu, un témoignage de foi chrétienne régulièrement entretenu par quelques personnes.

Plus d’infos sur la Bourgeoisie de Vernamiège

Autres projets de la Bourgeoisie de Vernamiège