Triage forestier du Val d’Anniviers

Bourgeoisie d’Ayer

Triage forestier du Val d’Anniviers

Les forêts produisent du bois, sont un lieu de détente apprécié et un garant de la biodiversité de la flore comme de la faune. Mais la fonction principale des forêts réside dans la protection qu’elles assurent contre les dangers naturels tels que les avalanches, chutes de pierres ou autres inondations.

Si les arbres freinent les roches en mouvement, leurs racines fixent la couche de terre et leurs frondaisons retiennent les précipitations. Dans des terrains accidentés comme ceux du Valais, et du Val d’Anniviers en particulier, la protection des forêts est essentielle. Près d’un quart du Valais est couvert de forêts. Et sur le 87% de leur surface, ces forêts remplissent un rôle de protection. En 1990, la Bourgeoisie d’Ayer a créé une équipe chargée de travaux d’entretien des forêts bourgeoisiales. Plus tard, en 2004, les six bourgeoisies du Val d’Anniviers – Ayer, Chandolin, Grimentz, Saint-Jean, Saint-Luc et Vissoie – ont fondé le triage forestier d’Anniviers, une corporation de droit public.

Occupant une quinzaine de personnes durant la belle saison, le triage forme aussi des apprentis. Il gère aujourd’hui 4200 hectares de forêts pour un volume de 8000 m3 de bois et fournit différents produits comme des clôtures, des tables et des bancs ou d’autres objets pratiques à base de rondins. Il est également possible de se procurer des pellets provenant du triage forestier d’Anniviers. Finalement, le triage exploite aussi la scierie de Mission qu’il loue à la Bourgeoisie d’Ayer.